<img alt="" src="https://secure.page1monk.com/206173.png" style="display:none;">

Les tendances de l’assurance auto connectée pour les jeunes conducteurs

07/04/2022 • Edouard Boisnel

Aujourd’hui, l’assurance auto chez les jeunes conducteurs est un sujet central pour les assureurs. Selon une étude YouGov pour lecomparateurassurance.com, on observe un certain désintérêt des conducteurs en général mais aussi des jeunes envers le monde de l’assurance :

  • Seulement 12% des français comprennent réellement les tenants et aboutissants de leurs contrats d’assurance.
  • 55% les comprennent en surface, sans faire attention à tous les détails.
  • 1 sur 3 avoue que certains aspects sont flous voire incompréhensibles
  • 25 % des jeunes entre 18 et 34 ans avouent ne rien comprendre à leurs contrats d’assurance.

Par ailleurs, ce phénomène ne touche pas seulement les jeunes conducteurs :

  • 44% des français estiment ne pas être suffisamment informés sur leur contrats d'assurance. La majorité admet que cela est dû à un manque d'intérêt de leur part.
  • 1 français sur 2 admet être méfiant vis-à-vis des compagnies d’assurance.
  • 1 français sur 3 affirme avoir eu une mauvaise expérience lors de la survenance d’un sinistre.

Le choix d'un contrat d'assurance représente une charge économique conséquente pour le jeune conducteur. S’assurer est avant tout une obligation avant d’être un produit de confort. Il faut passer du temps avant d'appréhender le vocabulaire et bien percevoir les avantages de l'assurance.

Il est donc assez logique que la perception soit négative. L’assuré paye tous les mois une prime pour un service qui sera éventuellement rendu à l’avenir. Le modèle de tarification et les conditions de clauses d’un contrat sont souvent perçus comme un frein à la souscription du contrat.

Fort de ce constat, le secteur de l'assurance auto a dû évoluer. Les nouvelles technologies et le digital en première ligne ont pris part à ce changement. C'est pourquoi les assurances auto proposent aujourd'hui des assurances auto connectées. Alors comment fonctionnent-elles et comment créer un intérêt chez les jeunes conducteurs ?

Comment sont calculées les primes d’assurance pour les jeunes conducteurs ?

L’assureur doit proposer un service à un certain prix sans connaître à l’avance son coût de revient. Il doit donc collecter un certain volume de primes pour anticiper les potentiels sinistres à couvrir. Pour garantir l'équilibre de cette activité, l'assureur estime le plus finement possible la probabilité de survenance d’un sinistre parmi son portefeuille de clients.

Pour établir un montant de primes à prélever, l’assureur collecte un certain nombre d’informations sur le profil du client et sur son passé. Plusieurs critères sont retenus :

  • l’historique des sinistres
  • l’âge et le sexe du conducteur
  • le type de permis
  • la marque et le modèle du véhicule à assurer
  • le lieu de résidence
  • le lieu de stationnement
  • le kilométrage approximatif réalisé dans l’année
    l’usage professionnel et bien d’autres critères encore.

Pourquoi les primes sont-elles plus chères pour un jeune conducteur ?


Le problème pour un "jeune conducteur” ou “conducteur novice”, qui souhaite assurer sa première voiture, c’est qu’il manque une information importante : l’historique de sa conduite.

L’expérience montre qu’en moyenne, un jeune conducteur a 4 fois plus de chances de provoquer un accident mortel. Ajoutant cette donnée à l’absence d’historique personnel, le jeune conducteur, aussi sérieux et prudent soit-il, ne peut pas espérer payer une prime réellement représentative.

Pour pallier le risque de surcoût que représente le jeune conducteur, les assureurs font supporter à cette catégorie une majoration de prime. À ce stade, le jeune doit trouver un moyen de limiter ce surcoût, qui peut se traduire par :

  • Le passage par la conduite accompagnée : la majoration ne s'applique que 2 ans au lieu de 3 et la surprime payée sera inférieure
  • La déclaration au contrat des parents comme conducteur occasionnel, ce qui permet d'acquérir de l'expérience avant de s'assurer à son nom.
  • Le choix du véhicule : petite cylindrée et peu onéreux

Le jeune conducteur aura donc tendance à rentrer dans un modèle de réplication générationnelle : on s’assure chez l’assureur de ses parents par économie.

Comment l’assurance auto connectée fait-elle évoluer la relation jeunes-assureurs ?

Aujourd'hui, se déplacer en agence pour souscrire une assurance paraît pour le moins dépassé. Les assureurs ont logiquement pris le virage nécessaire de la digitalisation de leurs services.

Les néo assureurs et néo courtiers ont investi en masse sur le web, le mobile, et les réseaux, en promettant la meilleure relation possible. On voit émerger de nombreuses compagnies qui utilisent l'assurance auto connectée car ces offres présentent de nombreux avantages :

  • Souscription claire et rapide
  • Compréhension des contrats améliorée
  • Simplicité de la prise en charge du sinistre lorsqu’il interviendra
  • Remboursement rapide
  • Assistance rapide

Cette expérience nouvelle justifie même aujourd’hui l’utilisation d’une application mobile pour l’assuré. Alors que la fréquence de contact entre les deux parties est faible au départ puisqu'elle concerne principalement la souscription et la déclaration de sinistre.

On voit donc de nouvelles connexions se créer grâce au digital avec une rapidité d’exécution qui facilite grandement le monde de l’assurance.

L’assurance auto connectée permet de faire évoluer la proposition de valeur

Il existe plusieurs avantages de bénéficier d’une offre d'assurance auto connectée :


Le prix

Le digital permet l’émergence de nouvelles offres d'assurance auto connectées. C’est le cas pour les jeunes assurés qui espèrent payer une prime moins élevée pour l’assurance de leur premier véhicule.

Des acteurs comme Ornikar s’engagent à simplifier le passage du permis et à le rendre moins cher. Tous ceux ayant obtenu le précieux sésame représentent une base client solide avec une confiance naturelle accordée. De ce fait, cette bonne relation initiée permet légitimement à ces acteurs de pousser un service d’assurance auto quand le jeune va acquérir son premier véhicule.

Ce service a un prix plus bas que le marché traditionnel car il existe un historique de conduite et de validation des progrès acquis durant la phase auto-école. Couplé à un processus de contact et de communication optimisé, il attire davantage les jeunes.

Par ailleurs, le digital, et notamment les applications mobiles, permettent d’aller plus loin sur une tarification juste. En intégrant la télématique mobile DriveQuant, les assureurs ont décidé de se positionner sur des modèles de tarification innovants.

Assurance au comportement : Pay How You Drive

C’est typiquement ce que propose April avec la récente sortie de CoPilot, application mobile télématique basée sur la solution DriveQuant en marque blanche. Cette application est liée au contrat d’assurance Auto Primo, spécialement conçue pour les jeunes. L’application mobile va automatiquement analyser les trajets des conducteurs et déterminer des scores de sécurité et de distraction. En fonction des scores, le jeune assuré pourra prétendre à un cash-back sur sa prime.

Afin d’encourager les conducteurs, et de renforcer la prévention, l’app leur propose également du coaching et des challenges de conduite. Cela permet de les sensibiliser davantage à la sécurité routière pour prévenir des accidents qu’ils sont susceptibles de causer.

Assurance à l'usage : Pay As You Drive, try before you buy

Pay As You Drive : cela consiste à payer votre prime d’assurance auto en fonction du nombre de kilomètres que vous parcourez. Ce type d’assurance auto est idéal pour les petits rouleurs.

C’est ce que propose Altima, avec l’offre d’assurance à l’usage. L’offre s’adresse à la tranche des petits rouleurs. Si le temps passé sur la route est perçu comme un risque de sinistre, on peut en conclure que les automobilistes qui roulent moins souvent ont moins de risques de connaître un sinistre. Grâce à l’application mobile DriveQuant, fournie en marque blanche à Altima, l’assuré peut suivre ses trajets et son budget assurance à l’usage, qui va être directement lié à son kilométrage ou son temps de conduite mensuel. Il lui est par ailleurs possible de contacter l’assistance en cas de besoin.

Les services additionnels au service de l'assurance connectée

Ainsi le digital permet de simplifier les démarches de souscription et la tarification des assurances. Mais ce n’est pas tout : il est possible de repositionner l’assureur en tant que protecteur de l’intégrité des assurés et de leurs biens. Ceci est permis grâce à la télématique mobile :

  • Coaching, animations et des récompenses pour continuellement améliorer la conduite
  • Prévention d’accidents et la réalisation d’économies sur son véhicule pour réduire la consommation et l’usure des pièces.
  • Assistance en cas de besoin via un contact simplifié ou via une reconnaissance automatique d’accident impliquant un appel automatique des secours.

Par exemple, Covea, au travers de ses marques Maaf et GMF a choisi DriveQuant pour lancer une initiative de prévention routière connectée avec une application mobile télématique en marque blanche. L’application DriveMeUp est téléchargeable librement depuis les stores. Régulièrement, des challenges sont publiés dans l’application et les utilisateurs peuvent choisir de s’inscrire librement afin d’intégrer un classement déterminé par des scores de conduite. Ces classements peuvent-être réalisés sur la thématique de la sécurité, de la distraction ou de l’éco-conduite.

Les assurés les mieux classés dans la tranche des jeunes peuvent gagner des lots tels que des smartphones, des tablettes, des cartes carburant, des stages de conduite… C’est un moyen ingénieux d’améliorer sa relation client, de le fidéliser et de contribuer à la réduction des sinistres et in fine de rendre les routes plus sûres.

La responsabilité environnementale : un enjeu pour les jeunes conducteurs

L’assureur auto connecté peut trouver un relais de communication auprès des jeunes de plus en plus sensibles aux enjeux écologiques. Grâce à une application mobile télématique, il est possible d’animer une communauté vers des usages véhicules plus respectueux de l’environnement.

Moovance, une jeune insurtech française, a choisi DriveQuant pour proposer des produits d’assurance liés aux usages eco-responsables. Grâce à DriveKit, la librairie logicielle télématique (SDK) de DriveQuant, Moovance a intégré dans son application les briques lui permettant de qualifier et quantifier les mobilités de ces usagers afin de déterminer leur empreinte CO2. Train, bateau, vélo, ski, voiture… différents modes de transport sont détectables par l’application, et pour la partie voiture, le comportement réel de conduite est pris en compte pour calculer le CO2 dépensé. Ainsi, Moovance peut encourager des bonnes pratiques avec des mobilités douces, réduire le CO2 provoqué par la conduite, et tout simplement le kilométrage du véhicule.

Il est fort à parier que éco-responsabilité et risque routier font bon ménage.